JLE

Médecine de la Reproduction

MENU

Stimulation ovarienne en vue d’une fécondation in vitro avec ou sans micromanipulation Volume 16, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2014

Auteurs
1 Laboratoire Glasgow ; coordonnateur Unité FIV, clinique Pasteur, 29200 Brest
2 Service de Gynécologie Obstétrique Centre d’AMP, 19 rue Louis Pasteur, 67300 Schiltigheim
* Tirés à part

Objectifs. Cette étude évalue l’impact d’un protocole de stimulation ovarienne avec une FSH humaine (hFSH) hautement purifiée et un antagoniste de la GnRH, sur la qualité embryonnaire et le taux de grossesses observés en cycles de FIV et ICSI.

Patientes et méthodes. Il s’agit d’une étude observationnelle prospective, multicentrique concernant 138 couples candidats à une Assistance médicale à la procréation (AMP).

Les stimulations ovariennes ont été conduites selon les politiques de stimulation de chaque centre. Chaque patiente a reçu au minimum 75 UI/jour de hFSH (Fostimon®) sous antagoniste du GnRH quotidien (Cétrotide® 0,25 mg ou Orgalutran® 0,25 mg) en protocole « fixe » (dès le 6e jour de la stimulation) ou « flexible » (dès l’acquisition d’un follicule de 14 mm). L’ovulation a été déclenchée par 5 000 UI de gonadotrophine chorionique (hCGu) urinaire ou 250 μg d’hCG recombinante (Ovitrelle).

Chaque gynécologue a adapté le suivi de la stimulation en fonction de sa pratique habituelle et des antécédents du couple.

Résultats. Au sein des 138 couples participant, 133 patientes ont débuté un cycle de stimulation. Cent vingt et une d’entre elles ont bénéficié d’une ponction ovocytaire pour FIV/ICSI et 111 de ces patientes ont eu un transfert d’embryon(s). Sur les 51 grossesses obtenues, 38 furent évolutives (29 %/cycle et 34 %/transfert), dont 16 eSET. Neuf patientes (7 %) ont développé un syndrome clinique d’hyperstimulation ovarienne (HSO), mineur à modéré.

Discussion et conclusion. Les résultats obtenus suggèrent que la hFSH, utilisée dans un protocole de stimulation ovarienne sous antagoniste de la GnRH en FIV/ICSI, permet d’obtenir de bons taux de grossesses, et confirme ceux obtenus par d’autres auteurs au décours d’études prospectives randomisées.