JLE

Médecine de la Reproduction

MENU

Préservation de la fertilité dans les hémopathies malignes Volume 16, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2014

Auteur
Médecin de la reproduction, responsable du centre d’AMP du CHRU de Lille, Hôpital Jeanne de Flandre, 6, rue Eugène-Avinée, 59037 Lille cedex, France
* Tirés à part

L’incidence des hémopathies malignes, notamment des lymphomes, chez les sujets jeunes ainsi que les taux de survie sont en constante augmentation. La question de la fertilité est une des thématiques clés de la qualité de vie après la maladie. Depuis la parution du décret de décembre 2006 en France, tout patient qui sait sa fertilité menacée par des traitements médicaux peut avoir accès aux différentes techniques de préservation. Plusieurs options peuvent être discutées : la congélation d’embryons ou d’ovocytes et la cryopréservation de tissu ovarien. Si ces différentes techniques de préservation de la fertilité évoluent rapidement, il reste néanmoins difficile de faire le choix de la stratégie la plus adéquate pour une patiente, le type d’hémopathie et un protocole donnés. Ce choix tiendra compte de l’âge de la patiente au moment du diagnostic, du type de cancer, de la nature du protocole de chimiothérapie requis (type de molécule et dose totale) et du degré d’urgence de la mise en œuvre du traitement.