JLE

Médecine de la Reproduction

MENU

La contraception après une interruption volontaire de grossesse Volume 14, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2012

Auteurs
Praticien Hospitalier, Hôpital Bichat-Claude Bernard 46 rue Henri Huchard 75877 Paris Cedex 18, France, Président de la Société Française de Gynécologie, ancien PH-TP (Hôpital Saint-Louis, Paris), 9 rue de Villersexel 75017 Paris, France

Toutes les méthodes contraceptives doivent être proposées à une femme lors de la consultation pour demande d’interruption volontaire de grossesse (IVG). Aucune ne doit lui être imposée et il faut savoir respecter le refus d’une femme de prendre une contraception après une IVG. Néanmoins, il est du rôle du médecin d’informer les femmes qui ne souhaitent pas revivre l’expérience d’un avortement sur les méthodes contraceptives de longue durée qui les protégeront plus efficacement contre une grossesse non prévue et de les guider vers ces méthodes si elles les choisissent.