JLE

Médecine de la Reproduction

MENU

Fertility preservation in breast cancer: an oncological view Volume 16, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2014

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
1 Gynecologic oncology and breast pathology section,
department of obstetrics, gynecology and reproduction,
Hospital Universitari Quirón-Dexeus,
C/Gran Via Carles III,
71-75,
08028 Barcelona,
Spain
2 Service of reproductive medicine,
department of obstetrics, gynecology and reproduction,
Hospital Universitari Quirón-Dexeus,
C/Gran Via Carles III,
71-75,
08028 Barcelona,
Spain
* Reprint.

L’incidence du cancer du sein a augmenté progressivement. Autour de 15 % des femmes sont diagnostiquées avant l’âge de 45 ans. Ce sous-groupe de patientes a généralement plus de tumeurs agressives et recevra une thérapie systémique supplémentaire (soit la chimiothérapie, l’hormone thérapie ou les deux). En outre, la tendance à retarder l’âge de procréer implique qu’une proportion importante de jeunes patientes atteintes de cancer du sein n’a pas terminée son désir de reproduction.

L’impact du traitement oncologique sur la réserve ovarienne dépend de l’âge des patientes, du type de traitement et la dose donnée. L’oncologue du patient doit se préoccuper de la question de la fertilité et un transfert rapide à l’unité de conseil en matière de reproduction doit toujours être fait. Le décalage du début du traitement oncologique pour préserver la fertilité peut-il être accepté? Cette question et la réponse à y apporter sont toujours très controversées. Dans notre centre, 26 patientes ont subi une cryopréservation d’ovocytes entre 2007-2012. La cryoconservation des ovocytes (stimulation ovarienne et récupération d’ovocytes) nécessite un minimum de deux à trois semaines, et l’ensemble du procédé (depuis le diagnostic pathologique du cancer du sein au début du traitement) prend en moyenne quatre semaines. Nous considérons que les jeunes patientes doivent être orientées vers un service de conseil en matière de reproduction, car la préservation de la fertilité peut être faite sans causer un retard important dans l’apparition du traitement oncologique. La préservation de la fertilité est un domaine multidisciplinaire qui exige la participation de l’équipe d’oncologie comme de l’équipe de l’unité en charge de la reproduction humaine.