John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Endocrinologie

MENU

Traitement de l’hyperparathyroïdie primitive Volume 2, numéro 4, Juillet -Août 2000

Auteurs

L'hyperparathyroïdie primitive (HPT1) [revue in 1-3] regroupe plusieurs types d'hyperparathyroïdies qui ont en commun une lésion initiale parathyroïdienne responsable d'une augmentation de la synthèse et de la sécrétion de la parathormone (PTH), elle-même responsable des altérations du métabolisme phospho-calcique et de ses conséquences sur le tissu osseux, dont la résultante la plus caractéristique est l'hypercalcémie. Le traitement de l'HPT1 est essentiellement chirurgical ; un traitement médical ne peut s'envisager qu'en tant que traitement préanesthésique d'une hypercalcémie maligne ou traitement palliatif d'une hypercalcémie résiduelle d'un échec du traitement chirurgical, ce qui ne se conçoit que dans le cadre d'un cancer parathyroïdien. L'abord chirurgical classique par cervicotomie, qui nécessite une anesthésie générale, est particulièrement performant puisqu'il aboutit, avec des équipes habituées à ce type de chirurgie, à la guérison dans plus de 95% avec une morbidité de 1% et une mortalité quasi nulle. Les progrès des investigations d'imageries non invasives et des techniques de la chirurgie vidéo-assistée permettent maintenant de pratiquer un abord sélectif d'un adénome parathyroïdien. Une telle chirurgie, dont on perçoit évidemment les avantages pour le malade, ne peut se concevoir que si elle aboutit à des résultats au moins aussi performants que la classique cervicotomie. Le choix de la technique chirurgicale dépend cependant impérativement d'un diagnostic positif d'HPT1 qui doit être préalablement formellement établi par la biologie, puis du cadre nosologique de l'HPT1.