John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Endocrinologie

MENU

Traitement de la maladie ganglionnaire des cancers papillaires et vésiculaires de la thyroïde : l’aspect chirurgical Volume 2, numéro 4, Juillet -Août 2000

Auteurs

Les cancers papillaires et vésiculaires de la thyroïde sont caractérisés par leur relative rareté (1 à 2 % de l'ensemble des cancers, 75 % étant papillaires), et leur bon pronostic global (80 % des patients guériront quelles que soient les modalités thérapeutiques). La chirurgie est le pivot du traitement, mais l'étendue de cette chirurgie est controversée tant au niveau de la thyroïde, qu'au niveau des ganglions et ceci en dépit des nombreux travaux qui lui ont été consacrés. L'envahissement ganglionnaire est fréquent dans la forme papillaire, pouvant atteindre 40 à 80 % des cas, voire plus chez l'enfant (près de 90 % dans la série I.G.R.) (2, 18). Il s'agit probablement de la seule tumeur pour laquelle il est difficile de mettre en évidence une influence pronostique de l'envahissement ganglionnaire (14). Cette difficulté est liée à plusieurs facteurs : l'excellent pronostic global de cette maladie et sa faible incidence qui expliquent l'impossibilité d'entreprendre des études prospectives randomisées, l'absence de consensus concernant les modalités chirurgicales, l'intrication des facteurs pronostiques (histologie, âge et masse tumorale) et la possibilité de récidives tardives [12].