John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Endocrinologie

MENU

Traitement de l'ostéoporose cortisonique Volume 3, numéro 6, Novembre - Décembre 2001

Auteur
Fédération de Rhumatologie, Centre Viggo Petersen, Hôpital Lariboisière, 2 rue Ambroise Paré, 75475 Paris cedex 10, France.

L'ostéoporose cortisonique est la plus fréquente des ostéoporoses dites « secondaires », c'est-à-dire ayant une cause identifiée, requérant un traitement spécifique. L'ostéoporose des hypercorticismes endogènes est exceptionnelle et nécessite une prise en charge endocrinologique. De façon intéressante, l'ostéoporose est dans cette situation largement réversible lorsque peut être mis en œuvre un traitement spécifique radical de l'hypercorticisme. Bien plus fréquente est l'ostéoporose des hypercorticismes iatrogènes, induite par les traitements cortisoniques au long cours. La fréquence de ses complications fracturaires et de leurs conséquences douloureuses et invalidantes en fait une affection rhumatologique. L'ostéoporose cortisonique est multifactorielle et sa connaissance a largement bénéficié de progrès récents dans les domaines épidémiologique, physiopathologique et thérapeutique, permettant d'envisager une stratégie globale de prévention et de prise en charge des patients recevant ou commençant une corticothérapie au long cours ayant pour objectif affirmé de prévenir efficacement des fractures ostéoporotiques [1].