John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Endocrinologie

MENU

Statines et prévention cardiovasculaire : les enseignements des essais cliniques Volume 4, numéro 4-5, Numéro double, Juillet - Octobre 2002

Auteur
Point Médical, Rond-Point de la Nation, 21000 Dijon, France.

Les inhibiteurs de l'HMG-CoA réductase ou statines ont pris une place de plus en plus importante en prévention cardiovasculaire depuis qu'il a été formellement démontré que l'utilisation de cette classe médicamenteuse chez des patients à haut risque vasculaire permet d'obtenir une réduction significative de la morbi-mortalité cardiovasculaire et parfois dans certaines études de la mortalité totale. L'histoire de la prévention cardiovasculaire par les statines a débuté en 1994 avec la publication de 4S [1], étude capitale montrant pour la première fois une réduction non seulement des événements coronaires majeurs, mais également de la mortalité totale chez des patients franchement hypercholestérolémiques en prévention secondaire. Depuis, de nombreuses autres études de prévention avec les statines sont parues et toutes ces études ont permis d'affiner la stratégie de prévention cardiovasculaire par les hypolipémiants. Globalement, ces études de prévention ont permis de prouver définitivement qu'un abaissement du cholestérol total (CT) et plus spécifiquement du LDL-cholestérol (LDL-C) est bénéfique en prévention cardiovasculaire [2, 3]. Des mécanismes autres que l'abaissement des LDL sont souvent évoqués pour rendre compte de ce bénéfice clinique. Mais la part des effets pléiotropes [4, 5] dans le bénéfice clinique reste à définir, la plupart de ces effets pléiotropes étant directement dépendants du mécanisme primaire d'action d'une statine, à savoir l'inhibition de l'HMG-CoA réductase. Ces effets pléiotropes pourraient toutefois intervenir de façon plus spécifique dans des situations cliniques particulières comme les syndromes coronaires aigus [6, 7]. Après avoir résumé les résultats des essais de prévention avec les statines, l'objectif de cette revue est d'en dégager les principaux enseignements en mettant également en évidence les questions qui restent encore non totalement résolues dans la stratégie thérapeutique par les hypolipémiants.