John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Endocrinologie

MENU

Prise en charge du mal perforant plantaire Volume 3, numéro 6, Novembre - Décembre 2001

Auteurs
Diabétologie, Hôpital Pitié Salpêtrière, 47-83 Bld de l'Hôpital, 75651 Paris cedex 13, France.

On estime que 15 % environ des patients diabétiques présenteront au cours de leur vie une ulcération du pied, qui est à l'origine de 85 % des amputations dans cette population. Des études transversales puis prospectives [1], ont permis de préciser les facteurs de risque de survenue d'une ulcération podologique. Il s'agit en premier lieu de la présence d'une neuropathie des membres inférieurs, se traduisant par une hyposensibilité au mono-filament 5.07 ou une diminution de la perception vibratoire au diapason. La présence de cette hyposensibilité est associée à un risque d'antécédent d'ulcération multiplié par 10 en analyse monovariée dans les études transversales. Chez les patients diabétiques n'ayant pas d'antécédent d'ulcération, la présence d'une neuropathie entraîne une incidence d'ulcération de novo à un an de 2,7% [2]. Les autres facteurs de risque d'ulcération du pied diabétique sont essentiellement la présence d'une artérite des membres inférieurs, l'ancienneté du diabète et la présence d'une hyperpression plantaire qui peut être un facteur de risque indépendant [3].