John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Endocrinologie

MENU

Hyperglycémies des nouveau-nés très prématurés Volume 3, numéro 3, Mai - Juin 2001

Auteurs
Institut de Puériculture, 26 boulevard Brune, 75014 Paris, France.

Les nouveau-nés prématurés d'âge gestationnel inférieur à 30 semaines d'aménorrhée et de poids de naissance inférieur à1000 g développent dans 40 à 80 % des cas d'hyperglycémies dès les premiers jours de vie. Le risque de développer une hyperglycémie est 18 fois plus élevé chez les nouveau-nés de moins de 1000 g que chez ceux pesant plus de 2000 g [1, 2]. La persistance de la production hépatique de glucose au cours de la perfusion de solutés glucosés est à l'origine de l'intolérance glucidique des nouveau-nés prématurés. Ces situations sont habituellement transitoires, et bien différentes du diabète à révélation néonatale. La prise en charge de ces enfants impose la surveillance régulière de la glycémie capillaire afin de traiter rapidement l'hyperglycémie et d'en limiter les effets secondaires. L'attitude thérapeutique actuelle n'est pas univoque, mais l'in-sulinothérapie continue par voie intraveineuse permet d'atteindre au mieux les objectifs du traitement. L'hyperglycémie du grand prématuré est un trouble métabolique fréquent dont de nombreux aspects restent encore incompris. Une meilleure connaissance des mécanismes physiopathologiques et de leur évolution au cours du temps permettra d'améliorer la prise en charge et conduira à une attitude thérapeutique univoque. D'autre part, le suivi à long terme des nouveau-nés prématurés qui ont présenté une hyperglycémie transitoire en période néonatale sera intéressant afin de surveiller l'apparition à l'âge adulte d'anomalies de la tolérence glucidique.