John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Endocrinologie

MENU

Diagnostic d'une hyperlipidémie en 2001 Volume 3, numéro 6, Novembre - Décembre 2001

Auteurs
Service d'Endocrinologie-Métabolisme 1, La Pitié-Salpétrière, 47-83 Bd de l'hôpital, 75651 Paris, France.

Les dyslipidémies restent encore, par rapport à d'autres situations à risque telles que le tabac ou l'hypertension artérielle, un facteur de risque de maladies cardiovasculaires sous-évalué : une minorité de patients dyslipidémiques connaissent leur diagnostic lipidique, alors que le diagnostic d'hypertension artérielle est connu de la majorité des hypertendus. Une amélioration de la prise en charge lipidique commence néanmoins à se faire jour, notamment grâce à la large diffusion des grands essais thérapeutiques parus, depuis les années 90 sur les statines et sur les fibrates depuis les années 70. Les recommandations des autorités de santé visent à propager ces données de médecine basée sur les preuves pour les transposer en une pratique quotidienne de médecine en milieu naturel à grande échelle. À ce titre, les recommandations sur le diagnostic et la prise en charge des dyslipidémies ont été récemment simplifiées, car devant l'avalanche de publications et de recommandations dans des domaines aussi variés que l'hypertension artérielle, le diabète, les dyslipidémies etc., le risque était grand d'atteindre le seuil de saturation du praticien et de manquer le but désiré, c'est-à-dire une meilleure prise en charge globale du risque cardiovasculaire (recommandations disponibles sur les sites Internet de l'ANAES et de l'AFSSAPS).