JLE

Médecine thérapeutique Cardiologie

MENU

Stress oxydant et insuffisance cardiaque : une cible thérapeutique utopique ? Volume 2, numéro 2, mars-avril 2004

Auteurs
Inserm U644, Faculté de médecine‐pharmacie de Rouen, 22, boulevard Gambetta, 76183 Rouen Tél. : 02 35 14 83 68 ‐‐ Fax : 02 35 14 83 65

L’insuffisance cardiaque est un syndrome complexe caractérisé par une dysfonction et un remodelage cardiaque mais aussi par une altération de la fonction endothéliale. En dépit des progrès réalisés dans le traitement de l’insuffisance cardiaque chronique, la morbidité et la mortalité à long terme restent élevées. De nombreux travaux, expérimentaux et cliniques, soulignent l’importance du stress oxydant dans le développement et la progression de cette maladie, quelle qu’en soit l’étiologie. Le stress oxydant est caractérisé par un déséquilibre entre la production de molécules oxydantes, en particulier les espèces réactives de l’oxygène (ERO), et les défenses anti‐oxydantes qui peut être insuffisantes et\ou diminuées. Ce déséquilibre aboutit à une augmentation importante d’ERO qui peut alors endommager les macromolécules endogènes et conduire à un dysfonctionnement cellulaire, myocardique et endothélial. À côté de ces effets directs, les ERO sont également des médiateurs intracellulaires importants impliqués dans l’apoptose des cardiomyocytes ou dans le développement du remodelage cardiaque. Toutes les cellules cardio‐vasculaires sont capables de produire des ERO, les sources principales étant la chaîne respiratoire mitochondriale, la xanthine oxydase et les NADPH oxydases. La stimulation de ces systèmes au cours de l’insuffisance cardiaque peut être induite par différents facteurs neuro‐humoraux mais la contribution exacte de chacun de ces systèmes n’est pas clairement établie. Bien que de nombreuses preuves attestent de la présence d’un stress oxydant au cours de l’insuffisance cardiaque expérimentale mais aussi clinique, des travaux sont encore nécessaires afin de comprendre les mécanismes d’action mis en jeu et ainsi permettre le développement de nouveaux traitement anti‐oxydants.