JLE

Médecine thérapeutique Cardiologie

MENU

Facteurs mécaniques prédictifs du risque cardiovasculaire : pression pulsée et rigidité artérielle Volume 2, numéro 3, mai-juin 2004

Auteur
Centre de diagnostic, Hôtel‐Dieu, 1, place du Parvis Notre‐Dame, 75181 Paris Cedex 04 Tél. : 01 42 34 80 25 ‐ Fax : 01 42 34 86 32

Traditionnellement, les facteurs mécaniques prédictifs du risque cardiovasculaire sont les pressions systolique et diastolique de l’artère humérale. Des études récentes ont montré que la pression pulsée brachiale, c’est‐à‐dire la différence entre les pressions systolique et diastolique, est un facteur de risque statistiquement plus puissant que la pression diastolique, ou même la pression systolique prise isolément. Des résultats identiques ont été retrouvés à l’aide de mesures de la pression pulsée aortique. Celle‐ci est déterminée par trois facteurs principaux : l’éjection ventriculaire, la rigidité artérielle et le transit des ondes de réflexion. Le rôle de la rigidité artérielle et des ondes de réflexion comme prédicteur indépendant du risque cardiovasculaire (et surtout du risque d’infarctus du myocarde) a pu être démontré de manière claire ces dernières années. De tels résultats sont susceptibles de modifier notre attitude thérapeutique au cours du traitement de longue durée de la maladie hypertensive.