John Libbey Eurotext

Médecine et Santé Tropicales

MENU

La pandémie de grippe espagnole de 1918-1919 à la Réunion Volume 25, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2015

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
Auteurs
1 Service de réanimation polyvalente, centre hospitalier universitaire de la Réunion, site Félix-Guyon, allée des Topazes, CS 11021, 97400 Saint-Denis, Île de la Réunion, France
2 Centre René-Labusquière, université Bordeaux Segalen, 33076 Bordeaux
* Correspondance

Apportée par le navire le Madonna qui ramenait les « poilus » réunionnais rescapés de la guerre de 14-18, la grippe espagnole a frappé la Réunion à partir de mars 1919 pendant trois mois. Les polémiques entre médecins, d’une part, et d’autre part entre les médecins et l’administration de la colonie, les abandons de postes des responsables et la pénurie alimentaire ont été la cause d’une gigantesque panique. L’épidémie semble avoir surtout ravagé la population des moins de 40 ans et les quartiers défavorisés, alors que l’île était déjà en plein marasme économique, avec une population déclinante depuis la fin du xixe siècle. Les estimations font état de 2 000 décès dans la capitale Saint-Denis pour une population de 25 000 habitants et de 7 000 à 20 000 décès dans l’île parmi une population de 175 000 personnes, soit 4 à 11 % de la population, soit bien plus que les 949 poilus réunionnais tombés au champ d’honneur. Selon la légende, le secours vint du ciel, le 11 mai 1919, sous forme d’un petit cyclone qui ne dura qu’une heure, et balaya d’un coup de vent violent les « miasmes » et « lava » l’île de toutes ses impuretés.