JLE

Médecine thérapeutique

MENU

Traitement des tumeurs endocrines par les analogues de la somatostatine Volume 3, numéro 9, Novembre 1997

Auteur

L'octréotide est un analogue efficace de la somatostatine qui a amplement confirmé les espoirs thérapeutiques nés, il y a maintenant près de vingt-cinq ans, de la découverte de la somatostatine et des premières études évaluant ses effets physiologiques. Le lanréotide, apparu secondairement sur le marché, a confirmé l'intérêt de cette classe thérapeutique et a ouvert la voie aux formulations retard, grâce à sa micro-encapsulation permettant une libération prolongée. Si la place des analogues de la somatostatine dans le traitement des tumeurs carcinoïdes ou des tumeurs endocrines gastro-intestinales et pancréatiques reste marginale, limitée aux formes évoluées au-delà de toute ressource thérapeutique ou aux hypersécrétions hormonales non contrôlées, l'intérêt de ces produits est, en revanche, incontestable dans le traitement des tumeurs hypophysaires et particulièrement de l'acromégalie et des adénomes hypophysaires thyréotropes. La mise au point des nouvelles formes d'administration de ces analogues (préparations retard) a permis d'améliorer très nettement l'utilisation pratique de ce traitement, généralement prescrit au long cours et dont la tolérance est excellente.