JLE

Médecine thérapeutique

MENU

Syndromes myéloprolifératifs et thromboses Volume 15, numéro 1, janvier-février-mars 2009

Auteurs
Service d’hypertension artérielle et des maladies vasculaires, Pôle d’activités médico-chirurgicales cardiovasculaires, Nouvel Hôpital Civil, 1 place de l’Hôpital, 67091 Strasbourg Cedex

L’incidence des syndromes thrombotiques veineux ou artériels est importante. Le diagnostic étiologique de ces affections est fondamental afin d’établir le risque thrombotique de nos patients et notamment leur risque de récidive. De nombreuses thromboses demeurent idiopathiques. La recherche d’une immobilisation, d’une thrombophilie, d’une néoplasie ne permet pas toujours de déterminer l’étiologie de la thrombose. Ceci est d’autant plus vrai que le siège de la thrombose est atypique. Parmi les causes moins fréquentes de thromboses veineuses ou artérielles, on retrouve les hémopathies. Au sein de ces dernières prennent place les syndromes myéloprolifératifs. Il est important de connaître ces affections qui sont pourvoyeuses d’un grand nombre de thromboses. Tout d’abord parce que diagnostiquer ces maladies permet une meilleure prise en charge avec notamment des stratégies thérapeutiques spécifiques propres à l’hémopathie. Ensuite, ces affections peuvent se compliquer d’une thrombose longtemps avant que la maladie ne soit cliniquement patente. Cela participe à une meilleure prise en charge globale du patient notamment en termes de surveillance ou d’expectative thérapeutique.