John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique

MENU

Purpura thrombopénique idiopathique et grossesse : expérience personnelle et revue de la littérature Volume 12, numéro 5, Septembre-Décembre 2006

Auteurs
Département d’hématologie et d’oncologie, Service de médecine interne, diabète et maladies métaboliques, Clinique médicale B des Hôpitaux universitaires de Strasbourg, 1 porte de l’Hôpital, 67091 Strasbourg Cedex

Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) est une affection fréquente chez la femme en âge de procréer. Néanmoins, les données de la littérature concernant cette affection chez la femme enceinte sont parcellaires, marquées jusqu’à ces dernières années par l’absence d’étude prospective. L’objectif de cette revue est de faire le point sur les connaissances actuelles du PTI en cours de grossesse, afin notamment de pouvoir informer les patientes enceintes sur le risque réel pour elle et leur enfant. De récentes et larges études, prospectives et rétrospectives, ont clarifié plusieurs points importants concernant le PTI pendant la grossesse. Premièrement, le PTI doit être distingué de la thrombopénie incidentale de grossesse correspondant à une chute fréquente, bénigne et modérée du chiffre des plaquettes en deuxième partie de grossesse. Deuxièmement, bien que les plaquettes chutent durant la grossesse chez une femme atteinte d’un PTI, la mortalité et la morbidité sont extrêmement modérées pour les mères. Enfin, la fréquence de la thrombopénie chez le nouveau-né est très faible, et seulement 5 % des nouveau-nés auront un chiffre de plaquettes inférieur 20 G/L et environ 1 % présenteront des complications hémorragiques significatives.