John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique

MENU

La prescription hors autorisation de mise sur le marché des psychotropeschez l’enfant au Maroc Volume 25, numéro 3, Mai-Juin 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
Auteurs
1 Laboratoire des sciences du médicament, recherche biomédical et biotechnologique, faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca, université Hassan II Casablanca
2 Laboratoire de pharmacologie-toxicologie, faculté de médecine et de pharmacie de Rabat, université Mohamed V Rabat
* Tirés à part
  • Mots-clés : prescription, hors autorisation de mise sur le marché, psychotropes, enfant
  • DOI : 10.1684/met.2019.0781
  • Page(s) : 231-6
  • Année de parution : 2019

L’obtention d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) est obligatoire avant de commercialiser un médicament. Cette autorisation assure que le médicament respecte la législation et la réglementation pharmaceutique en vigueur, et permet par atteste de la qualité, de l’efficacité et de l’innocuité du médicament considéré. Les psychotropes, comme toutes les autres classes thérapeutiques, sont soumis à cette règle. Cependant, le nombre de médicaments psychotropes disposant d’une AMM chez l’enfant est très limité, et le médecin prescripteur se trouve très souvent dans des situations d’impasse thérapeutique et ainsi conduit à la pratique du « hors AMM », susceptible de l’exposer à des poursuites judiciaires. Nous avons interrogé 138 prescripteurs exerçant dans cinq grandes villes du Maroc ; 47,8 % d’entre eux prescrivent des psychotropes hors AMM chez l’enfant : cette modalité représentait 63,6 % des prescriptions d’antidépresseurs, 54,5 % de celles de neuroleptiques de deuxième génération, 18,2 % de ceux de première génération, 4,5 % des anxiolytiques, 4,5 % des psychostimulants et 4,5 % des thymorégulateurs. Tous les prescripteurs interrogés indiquent que la prise en charge thérapeutique des enfants par des psychotropes hors AMM améliore la qualité de vie de l’enfant concerné. Du fait de l’utilisation importante des psychotropes hors AMM chez l’enfant, et du peu de données disponibles dans ce contexte, la réalisation d’études supplémentaires, afin d’évaluer l’efficacité et la sécurité des médicaments en pédopsychiatrie, est nécessaire.