John Libbey Eurotext

Médecine

MENU

Vergetures et grossesse Volume 2, numéro 3, Mars 2006

Auteur
  • Page(s) : 103
  • Année de parution : 2006

Les vergetures à l'occasion d'une grossesse ne sont pas considérées par les médecins comme un problème essentiel même si elles peuvent être pour les femmes un phénomène marquant voire traumatisant.

Du fait peut-être de la banalité de ces vergetures, leur prévalence et leurs facteurs de risque restent mal connus. Le sujet a fait l'objet d'une communication aux Journées dermatologiques de Paris (6 au 10 décembre 2005).

L'intérêt de l'étude présentée était son caractère prospectif portant sur un plus grand échantillon (454 patientes primipares) que les études publiées jusqu'alors. Des vergetures sont apparues chez 56 % d'entre elles, siégeant sur l'abdomen (40 %), les seins (24 %), les hanches (20 %), apparaissant en moyenne à 28 semaines d'aménorrhée pour l'abdomen, 27 semaines pour les hanches et les fesses, 22 semaines pour les seins.

En analyse univariée, 11 variables se sont révélées significativement corrélées au risque d'apparition des vergetures : l'âge (moins de 25 ans), les phototypes 1 et 4, l'absence d'activité professionnelle (le risque est diminué dans les catégories socioprofessionnelles élevées), l'index de masse corporelle élevé, un poids élevé avant la grossesse ou en fin de grossesse, une prise de poids importante, une hauteur utérine élevée à l'accouchement, un poids de naissance de l'enfant élevé, un terme de naissance tardif, des antécédents de vergetures de la grossesse chez la mère ou dans la fratrie.

L'application préventive de crèmes ou d'huile (qu'ont tentée 77 % des femmes) a été inefficace.

L'intérêt de cette étude est de montrer la multiplicité des facteurs de risque. Le niveau socioéconomique n'avait jamais été mis en évidence jusqu'à maintenant.


Sellier S, et al. Facteurs de risque des vergetures de la grossesse. Ann Dermatol Vénéréol. 2005;132:9S29.