JLE

Médecine

MENU

Vacciner contre le virus respiratoire syncytial ? Quel rapport bénéfice/risque ? Volume 20, numéro 6, Juin 2024

Auteurs
Société Française de Documentation et de Recherche en Médecine Générale, 43 avenue Émile Cossonneau, 93160 Noisy-le-Grand
* Correspondance : Y. Le Noc <yveslenoc@icloud.com>

Le virus respiratoire syncytial (VRS) est la cause la plus fréquente d’infection aiguë des voies respiratoires inférieures et d’hospitalisation chez l’enfant. On estime qu’en 2019, à l’échelle mondiale, 33 millions d’infections aiguës des voies respiratoires étaient associées au VRS et qu’elles ont entraîné 3,6 millions d’hospitalisations d’enfants [1]. Les personnes de 65 ans et plus sont également à risque d’infection sévère par le VRS avec environ 5,2 millions de cas, 470 000 hospitalisations et 33 000 décès à l’hôpital chez les adultes de ≥ 60 ans dans les pays à revenu élevé. Un vaccin vient d’être autorisé chez la femme enceinte pour prévenir les infections à VRS du nourrisson et deux autres vaccins (dont un seul commercialisé en France) chez les personnes âgées.

Qu’attendre de la vaccination ? Quelle efficacité ? Quelle durée de la protection ? Quels effets indésirables ?