JLE

Médecine

MENU

Obésité maternelle et mortalité infantile Volume 11, numéro 1, Janvier 2015

Auteur

Une vaste étude suédoise montre que la mortalité infantile est plus que doublée pour un IMC maternel égal ou supérieur à 35.

Cette étude a été effectuée à partir des données du Swedish Medical Birth Register qui collecte prospectivement des données sur plus de 98 % des nouveau-nés suédois. Les auteurs ont inclus l’ensemble des nouveau-nés vivants à la naissance, nés entre 1992 et 2010 (hors grossesses multiples), soit 1 857 822 nouveaux-nés. La relation entre le poids maternel lors de la première visite prénatal et la mortalité pendant la première année du nourrisson a été étudiée. Par rapport aux femmes de poids normal (IMC 18,5-24,9), la mortalité infantile est modérément augmentée pour les femmes en surpoids (IMC 25- 29,9) ou avec une obésité « modérée » (IMC 30- 34,5) ; OR respectifs : 1,25 (1,16-1,35) et 1,37 (1,22-1,53). Pour les obésités plus sévères, la mortalité est plus que doublée. Respectivement, pour des IMC de 35 à 39,9 et de 40 ou plus : OR 2,11 (1,79- 2,49) et 2,44 (1,88-3,17). Cet accroissement de la mortalité est dû, chez les enfants nés à terme, notamment aux asphyxies et autres morbidités néonatales ; pour un IMC égal ou supérieur à 35, il est dû aussi aux anomalies congénitales et au syndrome de mort subite du nourrisson. Il peut s’expliquer aussi par une prévalence accrue des naissances prématurées.

Johansson S, Villamor E, Altman M, Edstedt Bonamy AK et al. Maternal overweight and obesity in early pregnancy and risk of infant mortality: a population based cohort study in Sweden. BMJ. 2014;349:g6572.

 

Que retenir pour notre pratique ?

• Le surpoids et l’obésité maternels sont associés à une mortalité néonatale augmentée et le risque s’accroît avec l’IMC. C’est une raison de plus pour prévenir et prendre en charge l’obésité dès l’enfance.

 

Mots clés : Obésité ; Mortalité ; Nourrisson [Obesity; Mortality; Infant]