John Libbey Eurotext

Médecine

MENU

La « médecine foraine » : une interdiction déontologique désuète ? Volume 16, numéro 5, Mai 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Médecin généraliste, 9 rue de la Sainte Gertrude, 76490 Rives-en-Seine
2 Université Rouen Normandie, UFR Santé, Département Universitaire de Médecine Générale
3 Médecin de prévention au Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de Seine Maritime, Isneauville (76)
4 Médecin généraliste à Elbeuf (76)
* Correspondance

Déjà utilisée lors de la création de l’Ordre national des médecins en 1947, « médecine foraine » est une expression encore présente aujourd’hui dans le code de déontologie médicale. Cette recherche historique s’intéresse à l’origine de cette expression et aux raisons de son interdiction. Le mot « foraine » fait référence aux foires et marchés sur lesquels travaillaient les charlatans. La presse médicale du XIXe et du début du XXe siècle a relayé la dénonciation des pratiques itinérantes dignes des charlatans. Certains de leurs collègues ont effectué de véritables tournées médicales. Le manque de qualité des soins, le manque de suivi et la concurrence déloyale ont motivé cette dénonciation. Cela a conduit à l’interdiction d’un tel exercice dans le code de déontologie. En 2012, un décret a assoupli cette interdiction pour permettre aux médecins d’exercer dans des unités mobiles dans les zones de pénurie de soins. L’expression médecine foraine reste cependant officielle (article 74 du code de déontologie médicale).