John Libbey Eurotext

Médecine

MENU

Ischémie cérébrale : diagnostic précoce par IRM de diffusion Volume 15, numéro 3, Mars 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
Auteurs
1 CHU Treichville, Service de radiodiagnostic et imagerie médicale, Abidjan, Côte d’Ivoire
2 CHU Treichville, Service de médecine interne, Abidjan, Côte d’Ivoire
* Correspondance
  • Mots-clés : accident vasculaire cérébral, diagnostic précoce, imagerie par résonance magnétique de diffusion
  • DOI : 10.1684/med.2019.423
  • Page(s) : 114-6
  • Année de parution : 2019

Dans cette étude multicentrique prospective à visée descriptive sur 30 mois une sélection de dossiers a été effectuée devant la suspicion clinique d’un accident vasculaire cérébral en phase aigüe (moins de 24 h). Les patients ont tous été explorés avec un appareil d’IRM de 1,5 Tesla par des séquences « Flair » suivies des séquences de diffusion avec le calcul du coefficient apparent de diffusion (ADC).

Parmi 232 dossiers retenus sur 1567, d’âge moyen 53,5 ans, les antécédents des patients étaient dominés par l’hypertension artérielle et le diabète respectivement dans 62,5 % et 56 % des cas. Les motifs de consultation étaient l’hémiplégie dans 69,5 % des cas suivie de l’aphasie dans 23,2 %.

Dans 92 % des cas l’infarctus à la phase aiguë n’était pas visible sur les séquences Flair. L’ischémie cérébrale était révélée dans 100 % des cas chez tous les patients explorés par les séquences de diffusion avec calcul de l’ADC. La thrombolyse était le traitement pratiqué en urgence avec un taux de réussite à 91 % des cas.