John Libbey Eurotext

Médecine

MENU

Fréquence et description des fibrillations auriculaires au cours des infarctus cérébraux cardioemboliques. Service de Neurologie, Centre Hospitalier Universitaire Joseph Raseta Befelatanana Madagascar Volume 18, numéro 6, Juin 2022

Auteurs
1 Centre Hospitalier Universitaire Joseph Raseta Befelatanana, Service de Neurologie, Antananarivo 101, Madagascar
Correspondance : R. Randrianantoandro Naliniaina

La fibrillation auriculaire non rhumatismale représente l’étiologie la plus fréquente des infarctus cérébraux cardioemboliques. Elle est souvent asymptomatique ou peu symptomatique, ne gêne pas la vie quotidienne et est méconnue par la population générale, ce qui rend difficile sa découverte, souvent lors des stades de complications comme les infarctus cérébraux, alors qu’à ces stades, les conséquences sont graves et souvent handicapantes tout au long de la vie. Quant aux patients déjà victimes d’un AVC cardioembolique, le risque de récidive est important s’il est secondaire à une FA qui n’est pas dépistée. Dans la pratique quotidienne en unité de Neurologie du CHU Joseph Raseta Befelatanana, la recherche des FA au décours des infarctus cérébraux est systématique bien que toutes les investigations nécessaires pour le dépistage ne soient pas toujours toutes réalisées. Ainsi, la découverte et la connaissance sur les caractéristiques de ces FA à l’origine des infarctus cérébraux permettraient d’en améliorer la prévention secondaire.