John Libbey Eurotext

Médecine

MENU

Épidémie de COVID-19 : des vulnérables et des invincibles Volume 16, numéro 7, Septembre 2020

Auteurs
1 Professeure des Universités en Sociologie, Université de Reims Champagne-Ardenne, Centre d’Études et de Recherche sur les Emplois et les Professions (CEREP, EA 4692)
2 Doctorant en Sociologie, Université Lumière Lyon 2, Centre Max Weber (UMR 5283)
* Correspondance

Notre démonstration générale vise à comprendre les comportements transgressifs, voire « déviants » en lien avec la non-observance des consignes pour faire face à la crise sanitaire. Dans cette première partie d’article, nous proposons de faire une analyse comparative entre l’épidémie de COVID-19 et celle du VIH/SIDA afin de montrer la prégnance de rhétoriques similaires, reposant sur le ciblage stigmatisant de certaines populations, au sein des discours politiques, médicaux et médiatiques. Cette focalisation sur des pratiques individuelles, plutôt que sur la prise en compte de conditions de prévention socialement inégalitaires, induit une reconnaissance in fine différentielle du risque et de la transgression. Pour le dire autrement, le ciblage de populations pensées comme « vulnérables » ou « invincibles » doit se lire comme des discriminations, négatives ou positives, en termes de génération et de genre (ce que nous développerons plus particulièrement ici) et de classe et de race (ce que nous présenterons dans une seconde partie d’article).