John Libbey Eurotext

MT Cardio

MENU

L’obésité est-elle une maladie inflammatoire ? Volume 3, numéro 1, Janvier-Février 2007

Auteurs
INSERM UMRS U755 Nutriomique/Université Pierre et Marie Curie–Paris VI, Centre de Recherche en Nutrition Humaine Île-de-France, AP-HP, Service de nutrition, Hôtel-Dieu, 1 place du Parvis Notre-Dame, 75004 Paris

Il existe actuellement au moins deux raisons scientifiques pour que l’obésité soit une maladie inflammatoire chronique : l’augmentation des facteurs inflammatoires circulants observée chez les patients obèses et l’identification récente d’une infiltration macrophagique dans le tissu adipeux blanc. Ces observations permettent une révision de la physiopathologie de l’obésité. Il a été suggéré qu’un état inflammatoire de bas grade est associé aux complications métaboliques et cardiovasculaires de l’obésité. La réduction pondérale est capable d’améliorer l’état inflammatoire en diminuant de façon significative les marqueurs inflammatoires circulants et l’infiltration macrophagique du tissu adipeux. Les mécanismes du recrutement des macrophages du tissu adipeux blanc et le rôle de ce dernier dans les complications de l’obésité ne sont pas encore bien définis. Cet article a pour objectif de mettre à jour les connaissances sur les cytokines inflammatoires et leur rôle dans l’obésité, et plus particulièrement insister sur le rôle de l’infiltration macrophagique dans le tissu adipeux humain. Les interactions entre les macrophages et les adipocytes seront certainement le sujet d’investigations importantes dans le futur.