John Libbey Eurotext

MT Cardio

MENU

Équipement optimal pour un transport médicalisé en pathologie cardiovasculaire Volume 2, numéro 1, Janvier-Février

Auteurs
SAMU de PARIS, SMUR Necker, 149 rue de Sèvres 75015 Paris

Les transports médicalisés font l’objet de recommandations de la Société Française d’Anesthésie et de Réanimation (SFAR) et du SAMU de France. Les différents vecteurs utilisés sont régis de façon réglementaire. Le personnel médical assurant le transport doit être composé d’un médecin, d’un infirmier et d’un ambulancier, conformément à la réglementation. Le matériel recommandé pour le transfert des patients atteints d’une pathologie cardiovasculaire doit permettre d’assurer la surveillance, le traitement ou l’aide au diagnostic. En France, ce type de transport est le plus souvent réalisé par les SMUR. Ce matériel doit permettre la réanimation respiratoire et la réanimation cardiovasculaire. En effet, l’insuffisance cardiaque aiguë, l’arrêt cardiaque et l’embolie pulmonaire nécessitent fréquemment la mise en place d’une assistance ventilatoire. Le matériel impliqué dans la réanimation cardiovasculaire doit permettre l’aide au diagnostic, le monitorage et certaines thérapeutiques d’urgence. Les innovations technologiques ont permis d’intégrer à ce matériel de base, la réalisation d’analyses biologiques et d’une échographie effectuées sur le lieu même de l’intervention. Dans un avenir proche, il semble raisonnable d’envisager les transmissions en temps réel des données acquises auprès du patient vers le service receveur, comme c’est déjà possible pour la télétransmission de l’électrocardiogramme. La lecture du dossier médical partagé se fera au chevet du patient et les données acquises (textes ou images) lors du transport pourront y être intégrées. L’optimisation de l’équipement et la formation médicale du personnel assurant ces transports est un atout essentiel de la sécurisation des urgences cardiovasculaires, première cause de mortalité et de handicap.