JLE

Les Cahiers du Numérique

MENU

Enjeux de préservation des archives audiovisuelles aux Archives nationales (France) Volume 19, numéro 1-2, Préservation, usage et ré-usage des archives audiovisuelles numériques

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

  • Figure 4

  • Figure 5

Tableaux


  • Tableau 1

  • Tableau 2

  • Tableau 3

  • Tableau 4
Auteurs
Sandrine Gill Département de l’administration des données (DAD), Archives nationales
Émeline Levasseur Département de l’administration des données (DAD), Archives nationales

Depuis les années 1980, les Archives nationales conservent les archives audiovisuelles produites et collectées par les administrations publiques de l’État français et des fonds privés d’intérêt national. À ces deux catégories s’ajoutent les archives orales constituées par l’institution, complémentaires aux archives papier de même sujet. À l’heure de la production exponentielle d’archives audiovisuelles nativement numériques, les fonds qui parviennent aux Archives nationales de France revêtent encore souvent un caractère hybride : supports audiovisuels de toute nature, fichiers issus de leur numérisation, fichiers numériques natifs.

Comment concilier la préservation et la communication de supports de captation et d’enregistrement particulièrement fragiles et celle de fichiers de plus en plus volumineux et diversifiés dans leur format et donc tout aussi vulnérables ? De l’intégration de nouvelles archives nativement numériques à la reprise des données anciennement versées dans la nouvelle plateforme d’archivage numérique développée par le projet ADAMANT (Administration Des Archives et de leurs Métadonnées aux Archives nationales dans le Temps) et s’appuyant sur la solution logicielle VITAM, plusieurs chantiers coexistent et soulèvent autant de problématiques d’ordre archivistique, technique ou juridique.

La spécificité des archives audiovisuelles, encadrées par un mille-feuille juridique (code du patrimoine, code la propriété intellectuelle, code civil), amène à porter une attention particulière aux métadonnées encodées en EAD ou au format SEDA (Standard d’Echange des Données pour l’Archivage). On s’interrogera alors sur les adaptations et les implémentations possibles de ces normes aux archives audiovisuelles, dans l’objectif de respecter ce cadre juridique et de garantir la pérennisation ainsi que l’accès à ces archives.

Ce nouvel environnement technique offre des opportunités qu’il faut explorer. La pérennisation des archives audiovisuelles passe par une capacité toujours plus grande du système d’archivage électronique à prendre en charge des fichiers volumineux, et par la possibilité de mener des actions de préservation (identification, validation, conversion, extraction) sur ces fichiers aux formats très divers. Néanmoins, ce levier technique doit être précédé de réflexions quant au renouvellement de la politique de pérennisation mise en place dans les années 1980 et à la mise en place de nouvelles procédures.