John Libbey Eurotext

Innovations & Thérapeutiques en Oncologie

MENU

Pharmacologie des anticorps monoclonaux à usage thérapeutique dans le cancer Volume 5, numéro 5, Septembre-Octobre 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
1 CHRU de Tours
Service d’oncologie médicale
2, boulevard Tonnellé
37044 Tours
France
2 CHRU de Tours
Service de pharmacologie médicale
2, boulevard Tonnellé
37044 Tours
France
3 Université de Tours
EA 7501 « GICC », équipe « PATCH »
Tours
France
* Tirés à part
  • Mots-clés : anticorps monoclonal, pharmacologie, cancer
  • DOI : 10.1684/ito.2019.0179
  • Page(s) : 255-66
  • Année de parution : 2019

Les anticorps monoclonaux (AcMc) à usage thérapeutique pour les cancers sont principalement des IgG1, plus rarement des IgG2 ou des IgG4. Leur activité thérapeutique est largement liée à leur spécificité antigénique. Cependant, la nature de la séquence peptidique, le pourcentage de séquences d’origine murine et la composition des chaînes glycosylées post-traductionnelles déterminent certaines caractéristiques de l’AcMc, parmi lesquelles l’activation de fonctions immunitaires effectrices, l’allo-immunogénicité et les propriétés pharmacocinétiques. Par ailleurs, les propriétés pharmacocinétiques sont sensibles à des paramètres liés à l’hôte ou à la maladie : charge antigénique/masse tumorale, type histologique de la tumeur, certains polymorphismes génétiques, présence d’allo-anticorps induits, intensité du syndrome inflammatoire, médicaments associés. Les études de pharmacocinétique sont donc essentielles pendant le développement clinique initial des AcMc, mais doivent être recommandées à chaque modification des indications thérapeutiques.