John Libbey Eurotext

Innovations & Thérapeutiques en Oncologie

MENU

Nanoparticules AGuIX® et radiothérapie : du développement préclinique aux premiers essais chez l’homme Volume 7, numéro 5, Septembre-Octobre 2021

Auteurs
1 Centre Jean Perrin
Direction de la recherche clinique et de l’innovation
Division de la recherche clinique
58, rue Montalembert
63011 Clermont-Ferrand
France
2 Centre d’investigation clinique
UMR501
58, rue Montalembert
63000 Clermont-Ferrand
France
3 Centre Jean Perrin
Département de radiothérapie
France
4 Université Clermont Auvergne
INSERM, U1240
Imagerie moléculaire et stratégies théranostique
5 Centre hospitalier universitaire Gabriel Montpied
Département de neurochirurgie
58, rue Montalembert
63000 Clermont-Ferrand
France
6 Centre Jean Perrin
Département de pathologie
58, rue Montalembert
63011 Clermont-Ferrand
France
* Tirés à part

Depuis quelques années, l’utilisation des nanotechnologies est au cœur des recherches thérapeutiques. L’utilisation en cancérologie de nanoparticules ouvre un vaste champ d’applications cliniques. En effet, les nanoparticules ont la capacité d’agir comme des radiosensibilisants. Elles permettent d’améliorer l’efficacité de l’irradiation au niveau des cellules tumorales. Leur utilisation pourrait donc être une approche prometteuse pour le traitement local des tumeurs par radiothérapie externe.

Dans ce contexte, la société de biotechnologies NH TherAguix (Grenoble, France) développe les nanoparticules AGuIX® (Activation and Guidance of Irradiation by X-ray). Ce sont des nanoparticules de très petite taille, de l’ordre de 5 nm, constituées d’une matrice de polysiloxane et de chélates de gadolinium. Elles possèdent des propriétés radiosensibilisantes très importantes ainsi que des propriétés d’agent de contraste, grâce à la présence de gadolinium. D’après les différentes études réalisées, aucun signe de toxicité n’a été observé sur deux espèces animales (rongeurs et singes) après une administration intraveineuse. La biodistribution sur différents modèles animaux a prouvé une accumulation passive et sélective dans les tumeurs grâce à l’effet EPR (Enhanced Permeability and Retention effect) et une élimination rénale des nanoparticules après administration. Un effet radiosensibilisant a également été observé avec différents types d’irradiations in vitro et in vivo, sur plusieurs types de cancers, y compris des modèles radiorésistants. Ces nanoparticules prometteuses sont actuellement en cours d’évaluation dans des essais cliniques, en association avec la radiothérapie dans plusieurs centres en France et aux États-Unis.

Cette revue résume ainsi les principaux résultats précliniques qui ont conduit à la première administration chez l’homme des nanoparticules AGuIX®.