John Libbey Eurotext

Innovations & Thérapeutiques en Oncologie

MENU

La protéine GPER : une cible prometteuse dans le traitement des cancers du sein triples négatifs Volume 7, numéro 5, Septembre-Octobre 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
Auteur
Laboratoire CiTCoM
CNRS UMR 8038
INSERM ERL U1268
Faculté de pharmacie de Paris
Université de Paris
75006 Paris
France
* Tirés à part

Cloné il y a 25 ans, le récepteur des œstrogènes couplé aux protéines G (GPER) s’est révélé être un acteur essentiel des voies de signalisation membranaires associées aux œstrogènes. Il a été identifié dans la plupart des organes où il intervient dans un large panel de fonctions physiologiques. Son rôle dans le développement des cancers du sein a également été démontré. Malgré le nombre limité de modulateurs du GPER synthétisés à ce jour, certains d’entre eux ont montré des effets très prometteurs dans des modèles précliniques de cancer du sein triple négatif (CSTN). Encore trop confidentielles et très fondamentales, les données épidémiologiques et cliniques concernant cette protéine mériteraient d’être approfondies. En se limitant strictement aux tumeurs mammaires, cette revue fait un tour d’horizon de l’état des connaissances concernant le GPER et de son intérêt comme cible thérapeutique dans les cancers du sein.