JLE

Innovations & Thérapeutiques en Oncologie

MENU

Immunothérapie des carcinomes épidermoïdes des voies aérodigestives supérieures au stade précoce Article à paraître

Tableaux

Auteurs
1 Institut Curie, Département d’oncologie médicale, 26, rue d’Ulm, 75248 Paris, France <baudouin.courtier@gmail.com>
2 Institut Curie, Department of Drug Development and Innovation (D3i), 26, rue d’Ulm, 75248 Paris, France <edith.borcoman@curie.fr>
3 Institut Curie, Unité de recherche INSERM U932, équipe « immunothérapie translationnelle », 26, rue d’Ulm, 75248 Paris, France
* Tirés à part : E. Borcoman

La prise en charge des carcinomes épidermoïdes des voies aérodigestives supérieures (VADS) au stade précoce repose sur un traitement multidisciplinaire comprenant chirurgie, associée ou non à un traitement complémentaire par radiothérapie et un traitement systémique. Si la tumeur n’est pas opérable, le traitement est en général multimodal par radiochimiothérapie. Le bénéfice en survie globale observé en phase métastatique avec l’immunothérapie a conduit à son évaluation à des stades plus précoces dans la perspective d’améliorer encore le pronostic des patients. Les premiers résultats des phases III publiées, concernant notamment l’association des inhibiteurs du point de contrôle immunitaire (ICI) à la radiochimiothérapie exclusive, ont été décevants. Cependant d’autres stratégies, comme l’intégration des ICI en situation néoadjuvante, suivie d’un traitement adjuvant après la fin de la radiochimiothérapie par exemple, paraissent prometteuses et les résultats d’essais de phase III sont en attente. Il n’y a pour le moment aucun essai validant la mise en place d’un traitement par ICI à ce stade, contrairement à la maladie métastatique où les ICI sont désormais largement utilisés. Par ailleurs, les stratégies de vaccination thérapeutique semblent elles aussi prometteuses. Des essais sont en cours aux stades métastatique et précoce, que ce soit pour les carcinomes épidermoïdes des VADS ayant un lien avec le papillomavirus humain (HPV) ou non. La compréhension des mécanismes immunitaires mis en jeu à l’échelle de la tumeur et la détermination de la séquence thérapeutique optimale paraissent essentielles afin d’intégrer au mieux l’immunothérapie dans la prise en charge des carcinomes épidermoïdes des VADS au stade précoce.