JLE

L'Information Psychiatrique

MENU

Rôle des facteurs culturels dans la psychogenèse de l’anorexie mentale Volume 100, numéro 5, Mai 2024

Auteurs
1 Maître de conférences émérite HDR, Université de Picardie Jules Verne, Amiens. Psychologue clinicienne
2 Psychologue clinicienne, 6 rue des Hautes-Cornes, 80000 Amiens Chargée de Cours Université de Picardie Amiens
* Correspondance : M. Bennabi Bensekhar <malikabennabi@hotmail.com>

Il est admis que des facteurs culturels entrent en ligne de compte dans la psychogenèse et l’expression du trouble anorexique. Au titre des facteurs de pathogénie associés à ce syndrome, il faut noter des exigences d’autonomie contraintes par la caractéristique des dynamiques familiales, selon ce qu’une culture suggère en termes de parentalité et de relations aux adolescents. Un examen des données transculturelles récentes indique une augmentation significative du nombre de cas dans les pays que l’on croyait prémunis contre ce syndrome. L’une des explications pourrait être la constitution de dynamiques sociales nouvelles avec, comme conséquence, l’émergence de facteurs pathogènes qui vulnérabilisent les adolescents, notamment les filles. En abordant la situation d’une adolescente anorexique originaire du Maroc, nous avons considéré que ce syndrome est une pathologie du lien qui ne prend forme qu’à la condition de rencontrer une conjoncture familiale dysfonctionnelle et des ingrédients culturels défavorables. Notre conclusion est qu’une interculturation mal maîtrisée peut majorer les effets d’une souffrance liée à des transformations pubertaires d’autant plus difficiles à vivre que l’exigence d’autonomie psychique est contrariée par un lien maternel excessif.