JLE

L'Information Psychiatrique

MENU

Psychiatrie, addictologie, et santé mentale en Guyane : revue de la littérature, état des connaissances actuelles et orientations prioritaires de recherche Volume 99, numéro 9, Novembre 2023

Illustrations


  • Figure 1.

Tableaux

Auteurs
1 Docteure, Pôle Santé mentale
2 Professeur, Centre investigation clinique Inserm 1424
3 Centre hospitalier de Cayenne, rue des Flamboyants 97300 Cayenne, Guyane, France
* Correspondance : C. Janvier

La Guyane, territoire ultramarin français d’Amazonie, dispose d’un contexte historique, géographique, démographique et socio-anthropologique unique, propre à produire une clinique psychiatrique et addictologique tout à fait originale, nécessitant une adaptation des interventions nationales.

Notre objectif premier était d’établir une revue de la littérature et un état des connaissances actuelles dans la discipline en Guyane. Malgré 54 références recensées, ces travaux sont souvent anciens, méconnus et peu accessibles, mal valorisés, disparates et hétérogènes, et même opportunistes et déconnectés du soin et donc peu exploitables. Finalement, peu de professionnels en santé mentale ont conduit des recherches pour éclairer leur pratique, hormis quelques travaux d’épidémiologie descriptive sur le risque addictologique ou le risque suicidaire, sur la population carcérale ou certaines communautés autochtones.

Si des études d’épidémiologie descriptive et de prévalence font encore défaut et sont nécessaires, par ailleurs, des travaux sur la problématique liée à la consommation de crack, sur les phénomènes du suicide et de la contagion suicidaire, sur les situations de psychotraumatisme (dont le traumatisme historique) sont attendus. De même, la population infanto-juvénile, la population précaire et/ou migrante et les populations natives autochtones doivent devenir des publics particulièrement investigués. L’impact des métaux lourds et des perturbateurs endocriniens sur les troubles neurodéveloppementaux des enfants, la poursuite des travaux croisés avec les confrères spécialistes de l’infectiologie et de la dermatologie-vénérologie sont également à envisager. Enfin, des recherches intégratives en sciences humaines seraient d’une grande plus-value sur ce territoire multiculturel où l’intégration de la médiation, de l’approche interculturelle et de l’approche communautaire en santé sont un paradigme.

Dans un contexte de transformation en CHRU, ce « calendrier », propose une feuille de route pour une recherche dynamique et innovante en psychiatrie, en addictologie, en santé mentale en contexte amazonien.