JLE

L'Information Psychiatrique

MENU

Limites cliniques de la notion de handicap psychique Volume 100, numéro 1, Janvier 2024

Auteur
Psychologue, psychanalyste, maître de conférences associé en psychopathologie clinique, RPPsy, Université de Rennes 2, place Recteur le Moal, F-35043 Rennes cedex
* Correspondance : M. Peoc’h <mickael.peoc-h@univ-rennes2.fr>

La littérature francophone s’accorde généralement à définir le handicap psychique en le distinguant du handicap mental. En donnant de nouveaux droits à la compensation, le législateur modifie cependant la place du malade dans la société. La bascule du domaine de la santé à celui du handicap semble produire des conséquences, tant dans la représentation des troubles, que dans la conception de leurs traitements. Il paraît dès lors intéressant de repérer et de questionner quelques limites cliniques introduites par la notion de handicap psychique afin d’en éviter les écueils éventuels. L’expérience d’une pratique auprès d’enfants, adolescents et jeunes adultes en Sessad vient illustrer comment il est possible de maintenir une orientation soignante dans un tel dispositif, mais aussi quelles contraintes la notion administrative de handicap génère.