John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

MENU

L’enfant exposé aux violences conjugales Volume 95, numéro 4, Avril 2019

Tableaux

Auteur
Pédopsychiatre, Cliniques universitaires Saint-Luc, Université catholique de Louvain, avenue Hippocrate, 10 à 1200 Bruxelles, Belgique
* Correspondance
  • Mots-clés : violence conjugale, traumatisme psychique, enfant, enfant maltraité, stress, symptôme, conflit de loyauté
  • DOI : 10.1684/ipe.2019.1944
  • Page(s) : 261-9
  • Année de parution : 2019

L’exposition à la violence conjugale génère potentiellement des dommages qui vont perdurer dans le temps. En soi, il s’agit bien d’un contexte de maltraitance quand bien même l’enfant n’est pas directement violenté dans son corps. Ainsi, l’enfant exposé à la violence conjugale n’est pas que témoin ; il est aussi victime. Les conséquences cliniques variées et multiples peuvent être présentes même lorsque le contexte violent a cessé, perdurant pendant des mois voire des années. Elles s’expriment tant directement chez l’enfant dont on peut observer la transformation à travers divers symptômes qu’indirectement par le biais de modifications dans ses liens avec chacun de ses parents. L’article développe les problématiques de ces violences en mettant en évidence d’une part les multiples répercussions potentielles sur l’enfant, leur compréhension sur le plan psychopathologique et d’autre part quelques aspects d’accompagnement thérapeutique qui s’avèrent pertinents. Aujourd’hui encore il s’avère capital de rappeler combien il y a lieu d’intervenir le plus tôt possible afin de réduire les portées traumatiques. Soulignons également que nous sommes parfois aveuglés par une forme de fascination, mêlée d’intérêts et de craintes, qui sidère au point d’empêcher toute action pensée idéalement à plusieurs.