JLE

L'Information Psychiatrique

MENU

Agentivité en communication facilitée : une étude vidéographique des congruences entre texte et clinique chez un adolescent atteint de surdité et d’autisme – article et vidéos Volume 100, numéro 5, Mai 2024

Vidéos

  • Agentivité en communication facilitée (01/12)
  • Agentivité en communication facilitée (02/12)
  • Agentivité en communication facilitée (03/12)
  • Agentivité en communication facilitée (04/12)
  • Agentivité en communication facilitée (05/12)
  • Agentivité en communication facilitée (06/12)
  • Agentivité en communication facilitée (07/12)
  • Agentivité en communication facilitée (08/12)
  • Agentivité en communication facilitée (09/12)
  • Agentivité en communication facilitée (10/12)
  • Agentivité en communication facilitée (11/12)
  • Agentivité en communication facilitée (12/12)

Tableaux

Auteurs
1 Psychologue, Docteur en sciences du langage, ED « Cognition, langage, éducation », UFR de Psychologie, Sciences humaines et sociales, Aix-Marseille Université, France
2 Psychiatre, chargé d’enseignement Aix-Marseille Université, chercheur associé, Institut de Neurophysiopathologie, UMR CNRS 7051, Faculté de Médecine, 13005 Marseille
* Correspondance : B. Gepner <bruno.gepner@univ-amu.fr>

La communication facilitée (CF) est une méthode de communication visant à aider des personnes présentant des handicaps affectant la communication et l’expression verbales à pointer des images/mots/lettres grâce au soutien de sa main par un partenaire de communication, appelé « facilitant(e) ». La question de savoir qui, du patient et/ou du facilitant, communique vraiment, est cruciale pour juger de la validité de cette méthode controversée. Pour répondre à cette question, nous avons filmé 5 séances de CF entre un adolescent autiste de 17 ans atteint de surdité congénitale (BL) et sa facilitante sur une période de 5 mois, et en avons extrait 12 séquences représentatives. L’analyse fine de ces 12 séquences met en évidence de nombreuses congruences entre le contenu des textes co-écrits d’une part, et d’autre part une riche palette de mimiques/sons/gestes/comportements émotionnels et intentionnels observables chez BL. Ces congruences entre texte et clinique semblent montrer l’agentivité du patient dans la co-production des messages écrits.