John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Utilisation des anticoagulants oraux directs au cours des maladies chroniques du foie Volume 28, numéro 4, Avril 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
CHRU de Lille, Hôpital Claude-Huriez, Service des maladies de l’appareil digestif, 59037 Lille cedex
* Correspondance

Les anticoagulants oraux directs (AOD) ont un développement croissant car ils présentent une efficacité similaire aux anti-vitamines K (AVK)/héparines de bas poids moléculaires (HBPM), avec une utilisation plus simple et un moindre risque hémorragique. Les études mettent en évidence leur efficacité et le bon profil de tolérance pour les indications comme la fibrillation atriale et la maladie thromboembolique chez le patient avec cirrhose compensée. En cas de thrombose porte, les AOD semblent également efficaces et sans sur-risque hémorragique en cas de cirrhose Child A mais les données sont insuffisantes en cas de cirrhose décompensée Child B et C. Les AOD sont efficaces et sûrs en cas de maladie chronique du foie sans cirrhose, en revanche les études sont rares dans le champ des maladies vasculaires du foie. Enfin, la pharmacocinétique des AOD en cas de cirrhose ou de dysfonction hépatocellulaire est peu étudiée. Des études complémentaires sont nécessaires afin d’adapter les posologies des AOD selon le degré d’insuffisance hépato-cellulaire chez les patients porteurs d’une cirrhose.