John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Troubles moteurs œsophagiens associés au reflux gastro-œsophagien Volume 27, numéro 5, Mai 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
Université Claude Bernard Lyon I et Hospices Civils de Lyon, Hôpital E. Herriot, Explorations Fonctionnelles Digestives, 5 place d’Arsonval, 69437 Lyon cedex 03
* Correspondance

Des anomalies de la jonction œso-gastrique (hernie hiatale, hypotonie) et des troubles mineurs du péristaltisme œsophagien (syndrome de motricité inefficace, péristaltisme fragmenté) sont souvent observés chez les patients présentant un reflux gastro-œsophagien. La présence de troubles moteurs fréquemment associés au reflux gastro-œsophagien (RGO) peut être un argument pour le diagnostic de reflux lorsque l’endoscopie et la pH-(impédance)métrie ne permettent pas de conclure formellement. Les troubles moteurs peuvent régresser ou persister après traitement anti-reflux. Ils ne sont pas responsables de symptôme spécifique. La recherche de troubles moteurs œsophagiens est obligatoire avant chirurgie anti-reflux pour éliminer une achalasie ou une absence de péristaltisme, qui sont des contre-indications à la réalisation d’une fundoplicature. Il n’y a pas d’étude ayant démontré l’intérêt d’adapter la chirurgie anti-reflux en cas de troubles mineurs du péristaltisme œsophagien. Certains types de chirurgie bariatrique comme l’anneau gastrique et la sleeve gastrectomie sont responsables de RGO. Ces interventions sont plutôt déconseillées chez les patients ayant un RGO préexistant. La recherche systématique d’un RGO avant chirurgie bariatrique n’est toutefois pas recommandée en l’absence de symptôme.