John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Troubles du sommeil, immunité et maladies inflammatoires chroniques de l’intestin Volume 29, numéro 7, Septembre 2022

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
Auteurs
1 Hospices civils de Lyon, Service d’hépato-gastroentérologie, 165, chemin du Grand Revoyet, 69310 Pierre-Bénite
2 Inserm U1111, CIRI, 46 allée d’Italie, 69007 Lyon
3 Hospices civils de Lyon, Service de médecine du sommeil et des maladies respiratoires, 103, grande rue de la Croix-Rousse, 69004 Lyon
4 Centre de recherche en neurosciences de Lyon, Inserm U1028/CNRS UMR5292, Centre hosptalier Le Vinatier, 95, boulevard Pinel, 69678 Bron
Correspondance : S. Nancey

Les troubles du sommeil concernent 47 à 82 % des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI). L’activité de la maladie et la présence de troubles anxiodépressifs associés représentent les principaux facteurs de risque de troubles du sommeil chez les MICI. Toutefois, près de la moitié des patients en rémission conservent un sommeil de mauvaise qualité, suggérant une relation entre les MICI et une altération de la qualité du sommeil qui contribue à la fatigue observée chez une grande majorité de patients. Plusieurs travaux montrent un lien bidirectionnel entre les perturbations du sommeil et l’inflammation. Dans la maladie de Crohn, la présence de troubles du sommeil est un marqueur précoce d’inflammation infraclinique et chez les patients en rémission, une mauvaise qualité de sommeil est associée au risque de rechute à six mois. Les troubles du sommeil contribuent au handicap fonctionnel des MICI ; leur dépistage et leur prise en charge pourraient ainsi permettre d’améliorer la qualité de vie des patients. L’impact de leur prise en charge sur l’évolution de la maladie reste à évaluer.