John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Translocation bactérienne et cirrhose Volume 15, numéro 1, janvier-février 2008

Auteur
Service d’Hépato-Gastroentérologie, Centre Hospitalier, BP 30071, 95503 Gonesse Cedex

La translocation bactérienne est le phénomène par lequel des bactéries viables et/ou des fragments bactériens traversent la barrière intestinale. Elle est fréquente en cas de cirrhose évoluée, surtout lorsqu’il existe une ascite et dans certaines situations cliniques comme le choc hémorragique et la chirurgie abdominale. Trois facteurs sont impliqués dans sa pathogénie : la pullulation bactérienne intestinale, des altérations structurales et fonctionnelles de la muqueuse intestinale, et un déficit de l’immunité muqueuse intestinale. La translocation bactérienne joue un rôle majeur, en association avec l’altération des mécanismes de défense antibactérienne, dans la survenue des infections systémiques chez le malade cirrhotique. Des travaux récents ont également montré que la translocation intestinale de bactéries ou de fragments bactériens (endotoxine, ADN bactériens) était à l’origine d’une inflammation locale et systémique, caractérisée par une activation des cellules immunes et une hyperproduction de cytokines pro-inflammatoires. Cette inflammation pourrait contribuer aux perturbations circulatoires de la cirrhose, à l’encéphalopathie hépatique et à l’aggravation des lésions du foie, en dehors de toute infection déclarée. La translocation bactérienne pourrait donc être impliquée dans la plupart des complications de la cirrhose. La mise au point récente d’outils de biologie moléculaire permettant l’étude non invasive de la translocation chez l’homme laisse augurer d’avancées rapides dans la compréhension de ses mécanismes et de ses conséquences cliniques. Sur le plan thérapeutique, la décontamination intestinale sélective est efficace pour réduire la translocation bactérienne, mais l’émergence de résistances incite à chercher des alternatives. Des résultats intéressants ont été obtenus avec le cisapride, les acides biliaires conjugués et les antioxydants.