John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Traitements biologiques de la maladie de Crohn (sauf infliximab) Volume 14, numéro spécial 1, Numéro spécial: Actualités MICI

Auteurs
Service d’hépato-gastroentérologie, CHR d’Orléans, Département d’Hépato-gastroentérologie, CHU Grenoble

Un nombre croissant de nouvelles molécules sont actuellement à des stades variables d’évaluation et de développement pour le traitement biologique de la maladie de Crohn. Il s’agit d’anticorps anti-TNFα injectables par voie sous-cutanée (adalimumab et certolizumab), d’interféron γ (fontolizumab), d’anticorps monoclonal bloquant l’adhésion leucocytaire (natalizumab) ou encore d’anticorps anti-CD3 (visilizumab). Les essais de phase III ont validé l’efficacité de l’adalimumab (Humira ®) et du certolizumab (Cimzia ®) pour induire et maintenir une réponse et une rémission au cours de la maladie de Crohn et la perspective d’une autorisation européenne de mise sur le marché semble proche. Le fontolizumab reste à évaluer dans des essais de phase III tandis que la tolérance neurologique du natalizumab compromet pour l’instant sa commercialisation dans la maladie de Crohn. Enfin, les données concernant le visilizumab sont encore préliminaires.