John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Traitement médical de l’appendicite aiguë Volume 21, numéro 3, Mars 2014

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital Avicenne, service de chirurgie générale et digestive,
125, rue de Stalingrad.
93006 Bobigny,
France ;
UFR SMBH,
Université Paris XIII,
Bobigny,
France
2 Hôpital d’instruction des armées Percy,
unité de chirurgie viscérale et digestive,
Clamart,
France
* Tirés à part

La chirurgie a longtemps été le seul traitement disponible en cas d’appendicite aiguë. Le but de ce travail était de faire le point sur les modalités, les résultats et la place du traitement médical de l’appendicite aiguë simple. Le traitement médical d’une appendicite nécessite d’exclure les formes compliquées pour lesquelles le traitement médical seul ne doit pas être envisagé. La réalisation d’une tomodensitométrie permet de réduire, mais pas d’éliminer, les erreurs diagnostiques avant de débuter le traitement. L’association d’une céphalosporine de troisième génération et d’un imidazolé pour une durée de 8 à 10 jours est recommandée. Ce traitement permet d’obtenir un taux de succès à deux semaines de 85 %. Les échecs sont rapportés dans deux tiers des cas à des appendicites compliquées considérées comme simples lors du bilan initial. Le taux de récidive à un an est de 15 % et survient sous la forme d’appendicite non compliquée dans 80 % des cas. À un an, seuls 65 % des malades ont un appendice en place. La morbidité du traitement médical serait inférieure au traitement chirurgical mais il n’y a pas d’étude à long terme permettant d’évaluer les récidives au-delà d’un an et la morbidité à distance (occlusion sur brides, éventration).

À ce jour, la chirurgie demeure la référence dans le traitement des appendicites aiguës simples en raison d’une morbidité faible, d’une certitude diagnostique, d’une vérification histologique et d’un taux de récidive infime. Néanmoins, le traitement médical des appendicites aiguës simples est une option thérapeutique qui peut être proposée en cas de (i) diagnostic d’appendicite aiguë simple confirmé par une tomodensitométrie, (ii) en utilisant un protocole d’antibiothérapie adapté et (iii) chez un malade prévenu des risques d’échec et de récidive. Le refus de la chirurgie, l’impossibilité technique de recourir à la chirurgie, un risque opératoire élevé semblent être également de bonnes indications du traitement médical.