John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Traitement endoscopique des maladies fonctionnelles digestives : nouvelles perspectives Volume 23, numéro 4, Avril 2016

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital Nord, service de gastroentérologie,
Chemin des Bourrely,
13915 Marseille cedex 20,
France
2 Aix-Marseille-Université,
plateforme d’interface clinique,
CRN2M, UMR 7286,
Marseille, France
* Tirés à part

Les maladies fonctionnelles digestives, hautes ou basses, affectent profondément la qualité de vie des malades et les traitements médicamenteux restent décevants. Récemment, l’endoscopie a fait son entrée dans la prise en charge de ces patients avec des résultats initialement prometteurs, qui se sont confirmés dans de nombreuses études. L’apparition de ces nouvelles techniques endoscopiques a permis une amélioration clinique considérable des patients en échec thérapeutique. Les maladies concernées sont l’achalasie, la gastroparésie, la constipation et l’incontinence anale. Concernant les maladies digestives hautes, l’endoscopie sous-muqueuse a supplanté les techniques endoscopiques conventionnelles, avec la réalisation de myotomies par tunnel (POEM). La plus aboutie et démontrée est le POEM œsophagien qui s’impose comme une technique de référence dans le traitement de l’achalasie, tant au niveau de l’efficacité que de la faible morbidité. Son efficacité est supérieure à la dilatation pneumatique et équivalente à la cardiomyotomie de Heller. Dans la continuité, les premiers cas de POEM gastrique avec pylorotomie ont été décrits dans le traitement de la gastroparésie réfractaire. Les résultats de cette technique sont très prometteurs mais restent à confirmer dans des études prospectives. Concernant les maladies basses, comme la constipation sévère et résistante, une nouvelle technique de cæcostomie endoscopique, proche de l’intervention de Malone, a permis une amélioration nette de la symptomatologie et de la qualité de vie des patients. Enfin, dans l’incontinence anale, l’injection intrarectale de toxine botulinique a montré des résultats très encourageants et s’ajoute à l’arsenal thérapeutique dans cette affection. En conclusion, ces dernières années ont vu naître une convergence entre la maladie fonctionnelle et l’endoscopie thérapeutique dont les résultats apportent de réels espoirs aux patients en échec de traitement.