John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Traitement du syndrome de l’intestin irritable : où en est-on ? Volume 20, numéro 9, Novembre 2013

Auteurs
CHRU de Rouen, Hôpital Charles Nicolle, 1 rue de Germont, 76031 Rouen Cedex, France ; ADEN UMR-U1073 ; Groupe Francophone de Neuro-Gastroentérologie (GFNG)

L’objectif principal du traitement du traitement du syndrome de l’intestin irritable (SII) est le soulagement de la douleur abdominale. L’amélioration des troubles du transit et du ballonnement abdominal ne doit pas être oubliée. En pratique quotidienne, proposer un traitement efficace reste un problème chez beaucoup de malades. Un régime (exclusion de certains sucres ou du gluten) peut être utile. Certains antispasmodiques, la bedeillite montmorillonnite et le citrate d’alvérine ont été réévalués et ont vu leurs indications mieux définies. De nouvelles options thérapeutiques sont apparues à la suite de l’évolution de la conception physiopathologique du SII qui est devenu progressivement une maladie multifactorielle. L’hypersensibilité viscérale rend logique le recours aux médicaments proposés dans les douleurs neuropathiques, tels que les antidépresseurs. Une approche non pharmacologique (hypnose notamment) a montré son efficacité dans la réduction de l’intensité des symptômes et l’amélioration de leur vécu qui conditionne l’importance du recours aux soins. L’efficacité d’autres options demande à être confirmée par des essais cliniques mais le recours à des probiotiques ou éventuellement à des antibiotiques paraît logique du fait de la dysbiose intestinale. De même, l’indication, chez certains malades, d’un traitement anti-inflammatoire (salicylés ou stéroïdes) est une interrogation actuelle du fait de l’existence d’une inflammation intestinale de bas grade. Certains autres traitements tels que le linaclotide (agoniste de la guanylate cyclase), devraient être prochainement disponibles.