John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Traitement des parasitoses hépatiques Volume 5, numéro 3, Mai - Juin 1998

Auteurs

La découverte de nouveaux traitements antiparasitaires et les techniques de radiologie interventionnelle ont permis d'importants progrès dans le traitement des parasitoses à tropisme hépatique. La chirurgie reste le traitement de référence du kyste hydatique tandis que la ponction-aspiration (méthode Pair) permet une prise en charge très efficace des patients inopérables. Les indications des benzimidazolés (albendazole, mébendazole) s'élargissent : association systématique à la méthode Pair et, pour certains, à la chirurgie. Dans l'échinococcose alvéolaire, le pronostic des formes incomplètement ou non résécables a été transformé par les benzimidazolés au long cours. Pour les distomatoses, le bithionol et le praziquantel restent la référence, mais le triclabendazole est extrêmement prometteur. Les schistosomiases sont très sensibles au praziquantel qui peut permettre, à la phase précoce, d'éviter l'hypertension portale. La vaccination est un grand espoir pour les populations exposées. Dans l'amibiase hépatique, les imidazolés, dont le métronidazole, restent remarquablement efficaces. La connaissance de formes cliniques à réponse plus tardive permet de limiter les gestes invasifs en prolongeant le traitement médical. Les ponctions-drainages ont cependant apporté un réel progrès en cas de menace de rupture ; leurs indications, qui doivent rester limitées en raison du risque de surinfection, se clarifient. L'ascaridiose est efficacement traitée par le pyrantel, ou plus récemment par les benzimidazolés.