John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Traitement des MICI chez l’enfant et l’adolescent Volume 15, supplément 1, Numéro spécial : MICI, L'essentiel en 2008

Auteurs
Unité de gastroentérologie et nutrition pédiatriques, Hôpital des Enfants, place Amélie-Raba-Léon, 33076 Bordeaux Cedex, Unité de gastroentérologie, hépatologie et nutrition, Clinique de pédiatrie, Hôpital Jeanne-de-Flandre et Faculté de Médecine, 2, avenue Oscar-Lambret, 59037 Lille Cedex

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) débutent dans l’enfance ou l’adolescence dans environ 10 % des cas, avec une incidence de respectivement 2,3 cas de maladie de Crohn (MC) et de 0,8 cas de rectocolite hémorragique (RCH) pour 100 000 enfants de moins de 17 ans. Les buts du traitement sont d’induire et de maintenir la rémission, et d’assurer une qualité de vie, en particulier une scolarité, satisfaisante. Le retentissement sur la croissance et la puberté constitue la particularité essentielle des MICI chez l’enfant, surtout dans la MC. La plupart des traitements utilisés chez l’adulte sont validés chez l’enfant. Les techniques nutritionnelles sont en revanche beaucoup plus utilisées dans cette population. En effet, les causes de malnutrition sont nombreuses et les carences en certains nutriments sont fréquentes. Le retentissement sur la croissance explique l’utilisation plus importante chez l’enfant de l’alimentation artificielle, notamment avant 5 ans et en période péripubertaire où la croissance est rapide. L’azathioprine garde les mêmes indications que chez l’adulte. Au cours de la MC, son utilisation précoce dès la première poussée afin de modifier l’évolution de la maladie à long terme est actuellement débattue, mais est préconisée par certains auteurs, notamment en cas d’atteinte extensive d’emblée, en particulier pancolique. L’introduction des anticorps anti-TNFα dans l’arsenal thérapeutique a transformé la prise en charge de la MC puis, à un moindre degré, de la RCH. Les données pédiatriques concernent essentiellement l’infliximab (Rémicade ®), l’utilisation étant limitée pour les autres produits.