John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Traitement de l’hépatite chronique B chez les patients co-infectés par le VIH Volume 14, supplément 5, Numéro spécial : Prise en charge de l’hépatite chronique B en 2007

Auteur
Service d’Hépato-Gastroentérologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, 27, boulevard de l’Hôpital, 75013 Paris

Du fait d’interactions complexes entre le VIH et le VHB, le système immunitaire et les traitements antirétroviraux, la prise en charge thérapeutique de l’infection par le VHB chez les patients infectés par le VIH devra considérer les deux infections virales. Chez les patients co-infectés VIH/VHB qui ne nécessitent pas de traitement anti-VIH, les anti-VHB qui possèdent une double activité anti-VIH et anti-VHB ne sont pas recommandés (lamivudine, emtricitabine, entécavir, ténofovir disoproxil fumarate) en raison du risque de développement de résistance du VIH. Seul l’adéfovir dipivoxil (ADV) et l’interféron alpha peuvent être utilisés. La telbivudine pourrait avoir un rôle en association avec l’ADV. En cas d’indication au traitement anti-VIH, l’inclusion dans le traitement anti-VIH du ténofovir (TDF) en association avec la lamivudine (LAM) ou l’emtricitabine est recommandée. Pour ce qui concerne les patients ayant développé une résistance à la LAM (ou emtricitabine), l’adjonction du TDF au traitement anti-rétroviral en maintenant la LAM ou l’emtricitabine est la solution de choix.