John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Traitement chirurgical des tumeurs endocrines digestives et pancréatiques Volume 7, numéro 6, Novembre - Décembre 2000

Auteurs
Service de chirurgie digestive et de transplantation hépatique, hôpital Beaujon, université Paris-VII, 100, boulevard du Général-Leclerc, 92110 Clichy.

Chez les patients ayant une tumeur endocrine digestive, le traitement chirurgical peut avoir plusieurs objectifs. Le premier, d’ordre carcinologique, est de prolonger la survie lorsque la tumeur est maligne. L’efficacité du traitement dépend alors, de façon indépendante, de la nature de la tumeur, de sa localisation, de l’existence d’une néoplasie endocrine multiple ainsi que de la diffusion et de l’évolutivité tumorale. Le second, d’ordre symptomatique, est de contrôler le syndrome hormonal. Cet objectif, qui ne s’applique qu’aux tumeurs fonctionnelles, dépend de l’importance de la gêne, voire du risque vital que fait courir cette hypersécrétion et de la capacité des traitements médicaux à les contrôler. Le troisième est de prévenir ou de traiter les complications locales de la tumeur primitive. La fréquence de ces complications dépend de son siège et de son diamètre. On comprend dès lors, devant la multiplicité des tableaux cliniques possibles et la variabilité de ces tableaux dans le temps, la difficulté de proposer un schéma thérapeutique uniciste qui peut aller de l’abstention à la transplantation. En pratique cependant, l’indication opératoire dépend en grande partie du siège de la tumeur, de l’existence ou non de métastases et, lorsqu’il existe des métastases, de leur éventuel caractère fonctionnel et de leur résécabilité. Ce travail abordera successivement la prise en charge des tumeurs endocrines digestives, duodéno-pancréatiques et des métastases hépatiques.