John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Traitement chirurgical des colites aiguës graves Volume 14, numéro spécial 1, Numéro spécial: Actualités MICI

Auteur
Unité de Chirurgie colorectale, Département de Chirurgie digestive et de l’Urgence, Hôpital Albert Michallon, BP 217, 38043 Grenoble cedex 9

Lorsque le traitement médical maximal d’une colite aiguë grave compliquant une maladie de Crohn ou une rectocolite hémorragique échoue, il faut envisager le traitement chirurgical. Une excellente coopération entre gastro-entérologues et chirurgiens digestifs, suivant ensemble l’évolution de l’état digestif et général du patient, permet d’intervenir avant le stade de péritonite voire de choc. Le chirurgien peut alors proposer une colectomie subtotale sans rétablissement de la continuité digestive par voie cœlioscopique, dont les bénéfices sont nombreux : diminution des douleurs postopératoires, intérêt esthétique, diminution du taux de complications pariétales, récupération plus rapide d’un transit et probable abaissement du niveau d’immunodépression induite par le geste. L’intervention se termine toujours par la réalisation d’une iléostomie en fosse iliaque droite et d’une sigmoïdostomie en fosse iliaque gauche. Ces stomies seront conservées environ 4 mois et le délai est mis à profit pour améliorer l’état nutritionnel du patient, corriger l’anémie, l’asthénie, l’anorexie, supprimer la corticothérapie souvent en cours et enfin gérer le segment rectocolique exclus qui est toujours le siège de la maladie, par des lavements notamment. Le rétablissement de la continuité digestive chez un patient en bonne forme clinique pourra ainsi être proposé à nouveau par la voie cœlioscopique, avec conservation ou suppression du rectum selon la maladie causale.